Menu

Présentation du voyage

Mon carnet de voyage en Iran
En 1976 j’étais allée en Afghanistan puis au Yemen en 1977. L’Iran était dans mes projets. Le 11 février 1979 l'Ayatollah Khomeini arrive au pouvoir et marque la fin de l'Empire d'Iran. En juin 1979, le mouvement pour la liberté déclare l'Iran "République Islamique". Depuis, j'ai attendu que les tensions politiques diminuent et permettent un tourisme correct. J'ai même pensé que je n'irais jamais en Iran de ma vie.

Début 2016, les relations entre la République islamique et les pays occidentaux s’apaisent. Le tourisme en Iran a le vent en poupe. Je pars !
©PlaneteJoce
Difficultés avec Internet
Mon blog n'a pas pu être rédigé comme je le fais d'habitude "en live" pour deux raisons : tout d'abord à cause de la censure iranienne : Blogger n'était pas accessible. Je ne suis arrivée à me connecter qu'au travers d'une appli VPN téléchargée sur mon téléphone, et c'était trop petit, trop compliqué pour écrire J'ai essayé durant les heures de trajet en bus, mais entre le bus qui tanguait et la petitesse du clavier... Quant à ma tablette elle ne ma servi qu'à sauvegarder les photos car je n'y avais pas téléchargé de VPN.

Et puis le voyage a été tellement copieux en visites et en rencontres que je n'ai simplement pas eu le temps.
Mais j'ai pris des notes et je m'y suis mise dès que je suis rentrée.

Mon voyage a eu lieu entre le 21 avril et le 21 mai 2016.

MES ÉTAPES

MES VIDÉOS

Cliquez sur le menu dans le coin haut/gauche (les trois lignes horizontales blanches) pour faire apparaitre la liste complète des vidéos. Refermez le tiroir avec la croix blanche sur la droite.
©PlaneteJoce

AU HASARD DE MES ARTICLES

dimanche 24 avril 2016

Kashan (1) - Les maisons traditionnelles - Le hammam

De Téhéran à Kashan


J'ai dormi jusqu'à 7 h 45. Petit déjeuner. Le taxi est commandé. On part à 9h 15. On part avec deux jeunes Suisses allemands, Rouven et son copain, qui sont à l'hôtel et partent aussi à Kashan, et au même hôtel que nous, puisque eux non plus n'ont pas trouvé de chambre ailleurs. Le taxi est trop petit pout tous nos bagages ! On est quatre ! Mais ça s'arrange.


A la gare routière de Téhéran, un représentant de l'agence nous accueille et nous conduit au guichet où nous devons échanger les vouchers contre des billets. 

Des hommes crient crient à tue tête pour remplir leurs bus. Les compagnies de bus sont énormément en concurrence.  

VIDÉO


 C'est un bus VIP. De luxe. Vide. 

On a deux places à l'avant. Mais on nous demande, à nous femmes, de nous asseoir au 2 ème rang et pas au premier. C'est comme ça. Les femmes ne doivent pas être au premier plan dans un bus à cause de la police !



Une jeune femme iranienne s'était installée au premier rang dans la rangée de côté. Sur le parcours, quand elle a vu le barrage de police au loin, elle s'est déplacée  au fond. Et puis ensuite, elle est repassée devant.

J'ai froid dans ce bus. Il y a l'air clim. Je suis allée chercher ma polaire + mon anorak au fond de mon sac.  

La ceinture de sécurité est obligatoire. On nous distribue un petit paquet avec gâteaux et boisson. (VIP !)

Arrivée à Kashan

La gare routière, enfin, l'arrêt du bus à Kashan, est éloignée de la ville comme ce sera toujours le cas.
Il y a des taxis. On a un hôtel, le Golshan Saloon, et une adresse. Il est en dehors de la ville. Mais on ne s'attendait pas à se retrouver au milieu d'une route en travaux, avec des marteaux piqueurs, des grosses pelleteuses qui creusent la terre.

Une grille. On sonne. Cela met du temps avant qu'un homme apparaissent. On montre notre voucher de l'agence de Teheran. Ils n'ont pas trop l'air d'être au courant, mais... on nous fait entrer.


Il n'y a aucun client dans cet hôtel.
On nous conduit à nos chambres. La nôtre est bien, moderne. Oui, l'hôtel est neuf, et... vide...


  
Morteza

Le chauffeur de taxi qui nous a emmenés de la gare des bus à l'hôtel est toujours là. Il nous emmène au centre ville. Il sera notre secours, il nous emmènera en excursion autour de Kashan, et il deviendra notre ami.

Je vous le conseille. C'est un amour !

Tel : 091 29 35 51  505
mortezaesmailpour@gmail.com


Visite des maisons traditionnelles

Kashan est une ville qui a des charmes. C'est la deuxième ville importante de la province d'Isfahan, Elle se trouve à 242 km au sud de Téhéran. Elle n'est pas très grande, seulement 320 000 habitants.

Les rues, les maisons sont couleur de sable. Les murs sont fait d’une sorte de terre glaise melée à du foin.

Kashan se trouve près des fameuse collines préhistoriques de Sialk (6e millénaire / 8e siècle av. J.C.) La plupart des objets découverts à cet endroit sont exposés dans le musée National à Téhéran. 

Kachan connut l'apogée de sa prospérité sous les Safavides (1501-1722). Réputée pour la qualité de ses céramiques et de ses carreaux de faïence vernissée, c'était également un centre important de tissage de tapis et de textile jusqu'au 18e siècle.

Pour développer son potentiel touristique plusieurs maisons historiques ont été restaurées. Des appartements organisés autour de plusieurs cours, de grands bassins, de nombreuses mosaïques, et de jolis jardins. Les demeures traditionnelles de Kashan sont à demi enfouies dans le sol pour échapper à la chaleur du désert.

Ces maisons ont été construites fin 18e /19 ème siècle par de riches marchands, à l'époque Qajar, alors que Kashan se trouvait au centre des routes commerciales.  

1 ère maison : TABATABAEE HOUSE

La Maison TABATABAEI est une maison historique de Kashan construite au début des années 1880 pour la riche famille Tabatabae. Elle se compose de quatre cours. Il y a des peintures murales avec d'élégants vitraux. 

La maison fait près de 5000 mètres carrés et a été très bien rénovée. Les cours intérieures ont de beaux jardins.







 










2 ème maison : ABBASIN HISTORIC HOUSE


La Maison Abbasi est une grande maison historique traditionnelle construite à la fin du 18ème siècle. La maison est un bel exemple de l'architecture résidentielle de Kashan. 

On dit quelle a été la propriété d'un religieux célèbre. Elle a six cours qui pouvaient convenir selon les besoins différentes familles. L'une des chambres a un plafond conçu avec des morceaux de miroir de manière à donner l'impression d'un ciel étoilé sous le scintillement nocturne des chandelles.

Des passages secrets ont également été construits dans la maison, peut-être conçus pour l'évasion en temps d'invasion et de danger.









Le sous sol a été converti en salon de thé et le restaurant




Nous ne visiterons pas d'autres maisons parce que les tarifs sont très élevés. Nous avons pris un "joint ticket" qui comprenait ces deux maisons et nous en resterons là.

A côté des maisons se trouve la mosquée.


Nous repartons par les rues de Kashan à la recherche du hammam.


Kashan est entourée par une enceinte en pisé. 






Le hammam Soltan Amir Ahmad


Devant la porte d'entrée j'entends parler portugais. Je m'invite... Deux voyageurs de Lisbonne, Pedro et Jorge. On décide de se retrouver (après notre visite) au restaurant de la maison Abbasi que nous avions trouvé si beau qu'on avait envie d'y dîner.












Sur le toit





En sortant du hammam, j'avais perdu Ouardia. Les employés à l'entrée ont tout fait pour la retrouver au travers de leur video surveillance. Mais sans succès. L'un m'a accompagnée dans tous les dédales des salles, que j'avais déjà parcourues, mais personne. En fait, elle était sur le toit. Et là les cachettes ne manquent pas.

Restaurant de la maison Abbasi 

Nous nous rendons au restaurant de la maison Abbasi et nous retrouvons Pedro et Jorge ainsi qu'un couple de Français rencontré au hammam. 

Avec les Portugais nous décidons de continuer le voyage ensemble, à quatre. 


Le repas est délicieux. 


Il est 21 h30 quand nous sortons du restaurant. Nous ne sommes plus que toutes les deux et notre hôtel est... loin. Nous causons avec notre serveur qui quitte justement son travail. Il se propose de nous appeler un taxi, et c'est pas facile...

Lui est étudiant, habite près du Fin Garden, et travaille dans ce restaurant. Il appelle chaque soir une centrale de taxis, (qui est la moins chère, dit-il) pour rentrer chez lui. On va prendre le même taxi que lui. Mais on attend tout de même 20 mn au coin de la rue et de la grande avenue. Il fait frisquet, le vent.

Il est 22 hres quand le taxi arrive. On part en taxi à 22 hres. Il nous faut 30 mn pour atteindre notre hôtel !

2 commentaires:

  1. brugiere martine17 juillet 2016 à 14:55

    bonjour,
    voyageuse au long cours moi aussi, je prépare un séjour en Iran en septembre, merci pour ces écrits et photos, ça va bien me servir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir pris la peine de laisser ce commentaire, cela me fait très plaisir de savoir que ces heures de travail passées sur mon blog servent à quelque chose et que je suis lue.
      Je vous souhaite un très bon voyage et de nombreux souvenirs.

      Supprimer

Laissez-moi un message, un commentaire, car c'est la meilleure façon pour moi de communiquer et d'échanger avec vous. Et si c'est écrit "Aucun commentaire", soyez le premier (ou la) à réagir !

Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante en étant loggué sur votre compte.

Sinon, choisissez "ANONYME".
Mais surtout si vous choisissez "Anonyme" PENSEZ A SIGNER VOTRE MESSAGE AU MOINS DE VOTRE PRÉNOM POUR QUE JE SACHE QUI M'ECRIT.

VOS MESSAGES M'ENCOURAGENT BEAUCOUP ET JE VOUS EN REMERCIE.