Menu

Présentation du voyage

Mon carnet de voyage en Iran
En 1976 j’étais allée en Afghanistan puis au Yemen en 1977. L’Iran était dans mes projets. Le 11 février 1979 l'Ayatollah Khomeini arrive au pouvoir et marque la fin de l'Empire d'Iran. En juin 1979, le mouvement pour la liberté déclare l'Iran "République Islamique". Depuis, j'ai attendu que les tensions politiques diminuent et permettent un tourisme correct. J'ai même pensé que je n'irais jamais en Iran de ma vie.

Début 2016, les relations entre la République islamique et les pays occidentaux s’apaisent. Le tourisme en Iran a le vent en poupe. Je pars !
©PlaneteJoce
Difficultés avec Internet
Mon blog n'a pas pu être rédigé comme je le fais d'habitude "en live" pour deux raisons : tout d'abord à cause de la censure iranienne : Blogger n'était pas accessible. Je ne suis arrivée à me connecter qu'au travers d'une appli VPN téléchargée sur mon téléphone, et c'était trop petit, trop compliqué pour écrire J'ai essayé durant les heures de trajet en bus, mais entre le bus qui tanguait et la petitesse du clavier... Quant à ma tablette elle ne ma servi qu'à sauvegarder les photos car je n'y avais pas téléchargé de VPN.

Et puis le voyage a été tellement copieux en visites et en rencontres que je n'ai simplement pas eu le temps.
Mais j'ai pris des notes et je m'y suis mise dès que je suis rentrée.

Mon voyage a eu lieu entre le 21 avril et le 21 mai 2016.

MES ÉTAPES

MES VIDÉOS

Cliquez sur le menu dans le coin haut/gauche (les trois lignes horizontales blanches) pour faire apparaitre la liste complète des vidéos. Refermez le tiroir avec la croix blanche sur la droite.
©PlaneteJoce

AU HASARD DE MES ARTICLES

samedi 30 avril 2016

Shiraz (1) - Les tombes rupestres de Naqsh-e-Rostam

Naqsh-e Rostam est un site archéologique situé à environ 6 km au nord-ouest de Persepolis. L’endroit est visible depuis plusieurs kilomètres.

Il fait également partie du Patrimoine mondial de l'UNESCO.



Ce sont quatre tombes cruciformes d'anciens rois achéménides (550-330 BC), creusées dans la montagne, et portant trois registres de bas-reliefs.

L'une de celles-ci, d'après les inscriptions qu'elle présente, serait la tombe de Darius Ier. C'est la seule à porter une inscription trilingue (vieux perse, élamite, babylonien) qui permet de l'identifier.

Les trois autres tombes se trouvant aux côtés de celle de Darius Ier seraient celles de Xerxès Ier, Artaxerxès Ier et Darius II, mais elles ne portent aucune inscription permettant de les identifier avec certitude.

On trouve dans la montagne derrière Persépolis deux autres tombes semblables, appartenant probablement à Artaxerxès II et Artaxerxès III, ainsi qu'une tombe inachevée qui pourrait être celle d'Arsès, ou plus sûrement de Darius III, le dernier de la lignée achéménide, qui fut renversé par Alexandre le Grand.

En plus des tombes, il y a aussi sept très grands bas-reliefs dans la roche de Naqsh-e Rustam, sous les tombes, sculptures commandées par les rois sassanides (224-651 avant J.C.).

Faisant face à la roche se trouve la Ka'ba-ye Zartosht, un monument zoroastrien. À l'extrémité du site se trouvent deux petits autels du feu.

L'Histoire de Naghshe Rostam, le héros mythique perse

Cet endroit est appelé Næqš-e Rostam c'est à dire "Le portrait de Rostam" parce que les Perses pensaient que les bas-reliefs sassanides sous les tombes représentaient Rostam, un héros mythique perse.


Photos : http://www.pbase.com/k_amj/naghshe_rustam

"Il y a bien longtemps vivait en Perse un héros légendaire du nom de Rustam. A trois reprises, alors qu'il campait dans le désert en compagnie de son fidèle étalon Rakhsh, il reçut, durant son sommeil, la visite d'un terrible dragon qui résidait entre les dunes. Par deux fois, son cheval tenta en vain de le prévenir : avant que Rustam ne s'éveille, le monstre avait pris la fuite. 

Sermonné par son maître, Rakhsh n'osait plus donner l'alerte, mais le dragon apparut une troisième fois, bien décidé à dévorer Rustam..."

Vidéo d'Internet

Le site archéologique





J'ai rêvé de voir ce site. J'avais vu des photos. Le ciel est tout couvert et il y a un vent à décoiffer.



VIDÉO





La façade, en forme de croix, est percée au centre d’une ouverture derrière laquelle se trouve la chambre funéraire. La section horizontale médiane est décorée de colonnes à chapiteaux et la partie supérieure de représentations du roi à côté d’un autel du feu, soutenu par les nations vaincues. 


Les bas-reliefs

Sur la même falaise que les tombeaux sont sculptés huit bas-reliefs sassantes.

Le premier représente l’investiture d’Ardéshir Ier : il est ici représenté à cheval de même que le dieu Ahura Mazda qui lui présente la couronne. Sous les sabots de leurs chevaux on aperçoit les formes de leurs ennemis, Artaban V, le dernier roi parthe, et Ahriman, le dieu du Mal.

Le second bas-relief représente Bahram II entouré de membres de sa famille et de dignitaires. Ce relief recouvre lui-même un relief cultuel de style élamite datant vraisemblablement du 17ème siècle av. J.-C.

Le troisième bas-relief sous le tombeau de Darius, montre un combat équestre de Bahram II.

Viennent ensuite deux reliefs superposés : celui du haut, mal conservé, représente Shâpur II appuyé sur son épée. En bas, Hormizd II désarçonne un ennemi d’un coup de lance.

Le sixième bas-relief commémore les victoires de Shâpur Ier sur les Romains : le personnage à genoux devant Shâpur serait l’empereur Philippe l’Arabe, alors que derrière lui se tient l’empereur Valérien, fait prisonnier à Édesse en 260.

Le septième bas-relief, daté du règne de Bahram II, montre des combats à cheval arrangés en deux registres séparés par une ligne horizontale.

Le dernier bas-relief représente l’investiture du roi Narseh qui reçoit la couronne des mains de la déesse Anahita. 

Combat équestre d’Horzmid II




Investiture de Narseh 


















Kaabah-e Zardusht 

En face des tombeaux achéménides se dresse une tour carrée, appelée Kaabah-e Zardusht, ou “Cube de Zoroastre”. Cet édifice est la réplique de la tour de Pasargades.



Les murs sur trois côtés comportent des niches qui ressemblent à des fenêtres. Une porte dans le quatrième côté donnait accès à l’unique pièce de la tour. Contre la façade nord, un escalier de trente marches donne accès à l’unique salle intérieure carrée. 



Les tombes vues de la colline. Le temps ne s'arrange pas.





Nous avons décidé de ne pas aller à Pasargad. 87 km de Persepolis, 2 hres de route sur la route de Shiraz. Parce que si c'est là où se trouve la tombe de l’empereur Cyrus II le Grand et des vestiges de l’ancien palais, il ne reste pas grand chose : un bloc au carré, la tombe !

En lire + sur Wikipedia

Photos du web : http://www.pbase.com/k_amj/naghshe_rustam

Laissez un commentaire - Post a comment

Merci

Laissez-moi un message, un commentaire, car c'est la meilleure façon pour moi de communiquer et d'échanger avec vous. Et si c'est écrit "Aucun commentaire", soyez le premier (ou la) à réagir !

Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante en étant loggué sur votre compte.

Sinon, choisissez "ANONYME".
Mais surtout si vous choisissez "Anonyme" PENSEZ A SIGNER VOTRE MESSAGE AU MOINS DE VOTRE PRÉNOM POUR QUE JE SACHE QUI M'ECRIT.

VOS MESSAGES M'ENCOURAGENT BEAUCOUP ET JE VOUS EN REMERCIE.